samedi 27 octobre 2012

Feuilles envolées


 Automne 1 – Photographie Xavier Lainé (tous droits réservés)



Vierge rougie aux premiers frimas
Pluie de larmes sur la mémoire saisonnière
Apres murs où s’observe le défilement
Du temps en l’outrance des orages à venir




 Automne 2 – Photographie Xavier Lainé (tous droits réservés)


Au bois sec
Feuilles écrites
Aux lumières tactiles
De l’âme douce

Vient avec frimas
Le petit envol
Entre deux humus
Sous l’œil en éveil




Automne 3 – Photographie Xavier Lainé (tous droits réservés)


Tu largues les amarres
Ramures peu à peu
Nues dans la lumière

Terre
Ô terre assoiffée
Cueille en tes mains
Le vol tendre
Dans la courtoisie des saisons

Le pas se pose
Entre deux traces jaunies
Peu à peu
S’efface la mémoire







 Automne 4 – Photographie Xavier Lainé (tous droits réservés)


Tu délaisses la page
Lances tes mots
Au hasard des sous-bois

Un petit chant vient
Dans l’aube pas encore née

La main des cimes
Emporte les ultimes vestiges
De ce qui fut
En ta mémoire
Bonté gracieuse





5  au 20 octobre 2012

Texte et photographies de Xavier Lainé, tous droits réservés

samedi 20 octobre 2012

Mon pays est d’herbes sèches


 Steppe 1 – Photographie Xavier Lainé (tous droits réservés)



Je suis de ce vent
Dont les mots frôlent les herbes

Steppe ardente
Posée sur la pente des rêves

Je suis grain semé
A l'horizon des soupirs

21 août 2012



 Steppe 2 – Photographie Xavier Lainé (tous droits réservés)



Discrètes graines
Petits soupirs
Sur chevelures d’herbes sèches

N’ai rien à attendre
Sinon des pierres et du vent
Entendre la permanence

Attendre
Entendre
Boire aux gouttes de rosée
Pour abreuver profonde soif


23 septembre 2012


Texte et photographies de Xavier Lainé, tous droits réservés

dimanche 14 octobre 2012

Mots emmêlés (Agnès Schnell/Xavier Lainé)


Correspondances 1 – Photographie Xavier Lainé (tous droits réservés)


Voici ta parole
alourdie de torpeur.
Tu te glisses dans le verbe.
Tu y fourres tes racines
tes blessures ton fatras
te voici loup parmi les loups
taiseux solitaire
par nécessité.

Agnès Schnell

Correspondances 2 – Photographie Xavier Lainé (tous droits réservés)

Tu laisses venir les mots
Du plus profond de ton silence
Entre deux tu te tais
Tu te terres
Seules tes pupilles
Demeurent
Ardentes étoiles
Lisant au revers de vies
Ce qui jamais ne se dit

Xavier Lainé

Textes de Agnès Schnell & Xavier Lainé, photographies de Xavier Lainé, tous droits réservés