vendredi 15 juillet 2016

Petit journal des cimes 18





Je vous voyais puisque j'étais des vôtres, peuple innocent, rire d'être monté si haut sans le moindre effort, ni mal aux pieds, ni courbatures du lendemain.





Je vous voyais, puisque j'étais parmi vous, moi qui ne souhaitais que fuir loin de la rumeur du monde.





Du haut de cette route célèbre, je contemplais les immensités offertes. Mes pensées suivaient votre insouciance vacancière, dans un aller retour incessant entre ce que la terre nous offre et ce que nous en faisons.





Et c'était un hymne à la générosité et au partage, juste avant d'apprendre en quelles sombres tragédies la folie des hommes, notre propre folie, celle qui peut nous rendre démon alors que nous étions ange la veille, peut nous précipiter de plus en plus loin dans l'absurde.






Ouvrant ma fenêtre pour regarder avec nostalgie la pluie tomber, mon regard s'est arrêté sur la neige qui non loin couvrait déjà les cimes.




Et c'était comme si, à l'heure d'une tragédie que j'ignorais, le ciel avait voulu poser un léger voile blanc sur la tyrannie qui nous éloigne sans cesse de notre humanité.

Grande Serenne, 16 juillet 2016

© Texte & photographies de Xavier Lainé



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire