samedi 9 juillet 2016

Petit journal des cimes 13





Fuir le malheur avant qu'il ne te gagne.
Fuir.




Chercher plus haut ce que l'homme fait de mieux : ces savoir délaissés aux griffes mercantiles.
Revenir aux cimes, à leur implacable vérité, en ces heures troubles d'humaine dérive.






Un instant j'ai suivi des yeux la lente traversée des nuées, vu par-dessus les toits oxydés, l'appel d'un grand large qui se mérite à la force des mollets.




Deux années après, renouer les fils d'un repos bref.
Car il en est ainsi qu'à oeuvrer chaque jour, ce n'est plus que survie que propose la compagnie des hommes.
Alors on compose avec, parfois on se rebiffe un peu, on suit le fil des actualités qui viennent nous brûler de leur servilité.








Pour ne pas se soumettre, il faut apprendre à s'éloigner.
Arrête !
Arrête donc de poser ton doigt sur les plaies !
Regarde plus haut, plus loin.
Assieds-toi au bord des précipices, et contemple un instant ta frêle condition !






Ici tout se mesure à la hauteur d'homme, si petit devant l'univers minéral dressé.
Et qui marque son horizon d'une limite objective : celle qu'à mains nues il lui faut repousser toujours plus loin pour demeurer ce qu'il rêve d'être.
A défaut, il sombre...












Grande Serenne, 10 juillet 2016


© Texte et Photographies de Xavier Lainé

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire